L’importance des prairies en Wallonie

Date de publication : Mars 2017

En Wallonie, les prairies permanentes et temporaires représentent 340.000 ha (soit 3.400 km²), c’est-à-dire à peu près 48% de la surface agricole utile wallonne (SAU). Environ 8% de celle-ci est constituée de cultures fourragères (dont 96 % de maïs fourrager), le reste est occupé par des céréales, des cultures industrielles (dont 64 % par des betteraves sucrières et 19 % par du colza), des pommes de terre et des légumes.

Répartition de la surface agricole utile en Wallonie (Source : SPW, 2014)

La répartition des prairies au sein de la Wallonie est très variable en fonction des régions et de leurs spécificités de climat et de sol. Par exemple, en Haute-Ardenne, 95,5 % de la SAU est constituée de prairies. Par contre, dans les zones limoneuses, propices aux cultures, seuls 20 % de la SAU sont consacrés aux prairies. Les prairies gérées en respectant le cahier des charges de l’agriculture biologique représentent 15 % de la totalité de la superficie des prairies wallonnes.

Importance de la prairie selon les régions agricoles de Wallonie (Source : Crémer S., 2014)

Dans les régions où, à cause du climat et du type de sol, les prairies sont les seules « cultures » possibles, les ruminants (bovins, ovins et caprins) sont les seuls capables de transformer l’herbe en lait et en viandes de qualité. On ne peut pas parler de concurrence entre l’alimentation humaine et celles des ruminants puisque, sans eux, ces terres ne pourraient pas être valorisées.

Partager cet article :