Gestion durable de l’azote

Vous êtes ici : Accueil / Enjeux / Environnement / Gestion durable de l’azote

Afin de préserver la qualité de l’eau de notre région, la législation impose à chaque agriculteur de disposer de superficies de terre suffisantes pour épandre la matière organique que produit son élevage.

Pour y parvenir, la Wallonie a mis en place le Programme de Gestion Durable de l’Azote en agriculture (PGDA).

Grâce à ce programme, chaque agriculteur wallon calcule son « taux de liaison au sol ». Celui-ci est le rapport entre la quantité d’azote à épandre (fumier, lisier) ET la quantité d’azote qui peut être valorisé par les cultures (celle dont elles ont besoin pour que leur croissance soit optimale). Pour calculer ce taux de liaison au sol, le PGDA prévoit des normes de production d’azote par catégorie d’animaux.
Le PGDA prévoit d’autres mesures afin de diminuer la pollution des eaux souterraines et de surface par le nitrate d’origine agricole :

  • délimitation de zones vulnérables (la teneur en nitrate dans les eaux de ces zones est un peu plus élevée. ce sont donc des zones plus sensibles),
  • stockage des engrais de ferme
  • périodes et conditions d’épandage des engrais de ferme
  • contrats d’épandage et de pâturage entre agriculteurs
  • couverture des sols
  • périodes pour le labour des prairies permanentes

Quelques chiffres

En 1995 et 2012, la quantité d’azote apportées sur les terres agricoles a diminué de 17%

En 2012, 98kg d’azote / ha sont appliquées sur les terres agricoles

1 tonne de fumier de vache contient 5,9 Kg d’Azote

Le saviez-vous ?

Le nitrate est le principal point critique de la qualité des eaux souterraines lié à l’agriculture. Des mesures de surveillance des taux de nitrates dans les eaux existent depuis 1994.

On trouve le nitrate dans le sol et dans l’eau de manière naturelle. C’est normal: il provient de la décomposition (du pourrissement) des végétaux et des déjections (les excréments) des êtres vivants. Le nitrate est indispensable pour que les plantes se développent. Celles-ci puisent le nitrate par leurs racines et s’en nourrissent.

Le fumier est constitué des urines et des excréments des animaux mélangés à la paille de l’étable. Il se trouve sous forme solide. Le lisier ne contient pas de paille et se trouve sous forme liquide. Le lisier et le fumier sont des engrais organiques.

L’utilisation d’engrais organiques comme fertilisants permet d’assurer la fertilité à long terme du sol, le maintien d’un bon taux d’humus et améliore sa résistance à l’érosion

Liens utiles