Les Cellules d’Information Viandes et Lait rappellent la bonne contribution des acteurs de l’élevage dans la lutte contre l’antibiorésistance

Dans le cadre de la semaine mondiale d’information pour un bon usage des antibiotiques du 13 au 18 novembre 2017, les Cellules d’Information Viandes et Lait rappellent que le secteur de l’élevage contribue de près à la lutte contre l’antibiorésistance. En tant qu’acteur de la convention qui lie l’AMCRA, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaine alimentaire (AFSCA), l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS), ainsi que toutes les organisations concernées, le monde de l’élevage aussi est engagé pour atteindre les objectifs « 2020 ».   

 

En effet, il n’est pas inutile de rappeler que si le secteur est souvent pointé du doigt, les éleveurs ne décident pas eux-mêmes de l’administration de médicaments antibiotiques à leurs animaux.
Qu’il s’agisse de l’élevage aquacole (40 producteurs wallons), de moutons (460 éleveurs), de l’élevage de chèvres (108 éleveurs) , de bovins (9000 éleveurs wallons), de porcs (585 éleveurs) ou encore de volailles (400 producteurs avicoles), tous sont soumis à des normes très strictes avec notamment un diagnostic par les vétérinaires et des contrôles de l’AFSCA.

 

Concrètement, aucun éleveur ne peut lui-même décider de traiter ou non un animal par antibiotique, encore moins de les administrer. Ces missions relèvent du vétérinaire. Celui-ci, après constat sur l’animal (ou le lot) d’une infection bactérienne, prescrira ou non, l’usage d’un antibiotique, ainsi que la durée, le type, la dose, et le mode d’administration du traitement. Il s’aidera à cette fin d’un antibiogramme.

 

Retenons que depuis sa livraison au vétérinaire par la pharmacie, jusqu’au moment où il sera administré à l’animal, l’antibiotique est suivi à tout moment. Tout emploi d’antibiotique vétérinaire est enregistré dans une base de données centrale appelée SANITEL-MED. Quand les antibiotiques doivent être employés, une période «d’attente» doit être respectée.

Des analyses sur les produits sont effectués (+ 98,2% des échantillons conformes en 2016 – AFSCA), garantissant aux consommateurs que le lait, la viande, les poissons, les œufs… sont issus d’animaux en bonne santé et sans aucune trace de médicament.

 

Toutes les informations techniques liées aux modalités de prescriptions et contrôles vétérinaires sont à consulter sur le site de l’AMCRA (www.amcra.be) qui est le centre de connaissances pour tout ce qui concerne l’utilisation et les résistances aux antibiotiques chez les animaux terrestres en Belgique.

 

> A propos des Cellules d’Information Lait et Viandes

www.celluleinfolait.be

www.celluleinfoviandes.be

Les Cellules d’Information Viandes et Lait ont été créées dans le but d’apporter de l’information locale sur les grandes controverses qui touchent à l’élevage des animaux de rente et leur interaction avec l’homme.

Elles se positionnent comme des plateformes-relais pour faire un lien informatif entre consommateurs, éleveurs, et les acteurs de la santé et de la chaîne alimentaire.

Les cellules sont formées autour d’un noyau de scientifiques reprenant l’ensemble des disciplines: médecine, alimentation, bien-être, environnement, qualité, sécurité alimentaire… Ils ont pour mission de traduire les principales inquiétudes de la société et d’objectiver les débats ayant trait à la production et à la consommation de viande et de lait.

 

> Plus d’information ?

Consultez la fiche d’information en annexe ou au lien suivant : http://www.celluleinfoviandes.be/wp-content/uploads/2017/11/CIL-CIV_fiche_info_7_antibiotiques.pdf

 

> Contact